06

Tribune publiée le 18 juin par les ExégÚtes dans Libération en version papier et en ligne.

Placer la totalitĂ© de la population sous surveillance prĂ©ventive n’est pas admissible dans une sociĂ©tĂ© dĂ©mocratique. Voici la conclusion tirĂ©e par la Cour de justice de l’Union europĂ©enne, dans deux arrĂȘts (Digital Rights en 2014 et Tele2 en 2016) concernant les «donnĂ©es de connexion». Pour la cour europĂ©enne, ces traces numĂ©riques enregistrĂ©es dans le sillage des communications Ă©lectroniques de chacun (gĂ©olocalisation, appels tĂ©lĂ©phoniques, connexions internet, etc.) rĂ©vĂšlent des informations prĂ©cises et sensibles de la vie des personnes. Leur conservation ne peut donc pas ĂȘtre gĂ©nĂ©ralisĂ©e et systĂ©matique ; elle doit Ă  l’inverse ĂȘtre encadrĂ©e et limitĂ©e afin de garantir le droit fondamental au respect de la vie privĂ©e.

Read â€ș