11

This morning, I wasted a bit less than an hour solving errors during an apt-get dist-upgrade.

The problem? I ran out of space on the /root partition while depackaging the upgrade, causing some issues because following packages could not be extracted properly and so on. I’m not entirely sure I get everything about what went wrong exactly. Hey, I’m not a Debian packaging expert!

Anyway, it’s easy to spot the factor here: texlive.

TeXlive is a full TeX distribution. So it’s massive, it’s huge. TeX is so old, maybe that’s why (or maybe because it’s big because it’s literate programming? No idea.)

So, small suggestion for the installers out there:

At the step where the user chooses the /root partition size, maybe ask the question: “Are you going to use LaTeX on that system?” and if yes, increase the size!

(OK, I’m kidding, I should know better. Still, it would be helpful to use as much as the default settings from GNU/Linux installs as possible. Because I trust them to make more sense than I will.)

So now that I completed the upgrade, I see some new GNOME stuff coming in. Great, I like new stuff because I generally like the direction GNOME is taking. I can’t wait to see GNOME 3.10 with the high-resolution display capabilities!

So I opened one of the GNOME application that I use the most (and I have been using it for, what? 3-4 years?): Empathy. But this upgrade has got me wondering: do GNOME designers use it?

Okay, so Empathy has a new design since 3.6. This is how it looks like after upgrading:

First, I was like: “Heeeeey! where are the groups?” I mean, this is a useful feature when I need to find people related to something specific. For instance, I’ve got a group of contacts for FSFE but I also have one for Paris or Berlin. If I’m planning a trip to Berlin, I just open that group and go talk to friends who are there.

Fortunately, there’s a way to bring the groups back. But that’s not the point.

  1. The groups are a very useful feature, I’m not sure why it makes sense to remove them by default. And anyway for people who don’t use groups, I suppose it does not change anything: so why remove them for people how might use them?

  2. I had to find the Gnome release notes on the Web to see there was an option to bring the groups back. It just reminds me that there should be a better way to introduce users to design changes when doing system upgrades! For instance, when some Firefox addons upgrade, they open a new tab with release versions, etc.

  3. The design changes are really questionable. The rationale on the release notes is consistency with the GNOME Contacts app. But I don’t understand this. The result is that the list view shows less people than before, so I can see less people connected at the same time, which makes the whole list view less useful.

    Is that just because designers investigated that most people only have a handful of contacts connected at the same time? I doubt that’s the case. Most people I know say that they have more than 300 “friends” on Facebook usually
 so I don’t think I’m the only one with constantly more than 30 people connected.

    Or maybe it is because bigger picture looks nice


A suggestion for real improvement

While there might be reasons for the redesign, it’s astonishing that this design did not solve the main problem with the list view. The Empathy list view has basically not changed since it was first made, and I already complained about it back then (probably I did not reach the right people, it was kind of silly of me to write that in French).

The main problem IMHO is that the list view does not adapt to the window size! Go have a look at the screenshot above. This is so silly, why insist on display each contact on a whole block? What strikes me is that the solution is obvious. Here’s how Moblin did it in 2009:

With the same screen estate, Empathy would be able to show 4 connected people at the same time, instead of 16. Combine this with a group view, and you’ve got a decent way to see who’s online; which is what the list view is for, right?


Update: I opened an issue about this https://bugzilla.gnome.org/show_bug.cgi?id=711667.

And apparently, GNOME is exploring other designs for the Chat application: https://wiki.gnome.org/Design/Apps/Chat. But that still seems like a long way to go, while my proposal seems like a quick fix.

After I found out that Dell was selling one thing, but delivering another, I decided to leave the new laptop for a bit. Anyway, right now is not the time to tweak settings and setups.

Meanwhile, trying to have a reasonable conversation with Dell’s customer service, it seems that some basic rules of commerce need to be restated:

  • when you advertise to sell something and somebody buys it, you’re supposed to deliver the thing you advertised — not something else.

  • in the event that you sell something else, at least make sure the product you’re selling fulfils its functions

    • in the case of a laptop that is too thin to have an RJ45 port, that means delivering a supported wireless chipset!

Dell France has been extremely unhelpful in fixing anything here. And well, their websites all over the web still advertise the Intel wireless chipset, without ever mentioning the Qualcomm Atheros.

So, being tired of wasting time with this, I decided to get a hold of that laptop, and see if the wireless issue was easily fixed. I needed be done with it quickly to decide if I was going to persue with this, or just go for cancelling the whole sell, as cryptie shared her comments on her own XPS-13 and made me think twice before reclaiming an intel chipset.

Moreover, friends in Finland with the same issue pointed out to me a quick fix. However, I wholly agree with their update:

We found out that the in the new laptop shipped to us this fall the Intel wifi card has been replaced with an Atheros wifi card, which unfortunately does not have a proper Linux driver, thus the connection issues. It seems Dell has been aware of Atheros wifi card problems since July as a thread in the Dell support forum shows, but still they ship the “downgraded” crappy model. With some tweaking, you may or may not get the Atheros wifi model working.

As the whole point of buying a pre-installed Linux laptop is to get hardware that is guaranteed to work with Linux, we can no longer recommend this laptop. It is a shame. Our earlier Dell XPS 13 still works perfectly as it has the Intel wifi card.

Dell, this is a shame.

This is a real shame because the XPS-13 is a very good laptop. I have been using it the whole day, and I already prefer it over the thinkpad edge that I have been using for the last three years. The keyboard is very pleasant to type on, it’s also very lightweight (1.35 kgs) and it has some hardware features I’ve been looking forward to a lot (like keyboard lightning, now I can type in the shadow like a super-hacker!) Not to mention that the whole way your employees for France have dealt with the issue is a real disgrace. Wake up!


Anyway, for those of you who have the XPS-13 and experience issues with the “Network controller: Qualcomm Atheros AR9462 Wireless Network Adapter (rev 01)” here’s what to do,

$ wget https://www.kernel.org/pub/linux/kernel/projects/backports/2013/06/18/backports-20130618.tar.xz
$ tar xvf backports-20130618.tar.xz
$ cd backports-20130618

# make defconfig-ath9k
# make -j3
# make install
# depmod -a
# service network-manager stop
# sleep 5
# modprobe -r ath9k
# modprobe ath9k
# service network-manager start

You need to do the above every time the kernel is updated. BTW this does not fix all the issues with the wireless. Another very annoying problem is that I cannot disable bluetooth without the hardware messing up with wifi as well. (This is supposed to be fixed with the canonical ppa but it isn’t).

I’m looking forward to see how this machine is going to behave when I try different distros
 (I’m considering Arch at the moment.)

Now I spoke last time of the way in which we can decompose “privacy,” the concepts that we float around under that word, into three more specific parts: First, secrecy: that is, our ability to have our messages understood only by those to whom we intend to send them. Second, anonymity: that is, our ability to send and receive messages, which may be public in their content, without revealing who said and who listened or read what was said. Third, autonomy: that is, the avoidance of coercion, interference, and intervention by parties who have violated either our secrecy or our anonymity and who are using what they have gained by those violations to control us.

I would ask you also—in thinking analytically about this substance “privacy” whose continuation I am asserting is essential to democracy’s survival—I would urge you also to consider that privacy is an ecological rather than a transactional substance. This is a crucial distinction from what you are taught to believe by the people whose job it is to earn off you.

Those who wish to earn off you want to define privacy as a thing you transact about with them, just the two of you. They offer you free email service, in response to which you let them read all the mail, and that’s that. It’s just a transaction between two parties. They offer you free web hosting for your social communications, in return for watching everybody look at everything. They assert that’s a transaction in which only the parties themselves are engaged.

This is a convenient fraudulence. Another misdirection, misleading, and plain lying proposition. Because—as I suggested in the analytic definition of the components of privacy—privacy is always a relation among people. It is not transactional, an agreement between a listener or a spy or a peephole keeper and the person being spied on.

If you accept this supposedly bilateral offer, to provide email service for you for free as long as it can all be read, then everybody who corresponds with you has been subjected to the bargain, which was supposedly bilateral in nature.

— Eben Moglen, The Union, May It Be Preserved

I have become increasingly convinced that this analysis is right on. If you’re looking for evidence that the transactional/bilateral nature of privacy is a big lie, look no further than how Privacy Policies and Terms of Service are set up.

(initalement publié sur blogs.fsfe.org)

Mardi soir, Nicolas organisait le 2e MutterWare. Mais qu’est-ce que c’est que ça ?

Le MutterWare est une rĂ©union d’utilisateurs de Mutt qui veulent partager leurs bonnes pratiques et quelques astuces bien utiles. Les non-utilisateurs de mutt curieux sont bienvenus, surtout s’ils sont lĂ©gĂšrement blasĂ©s de leur client email â˜ș

Le nom est inspiré directement du TupperVIM organisé chez Mozilla, à Paris.

Pour cette deuxiÚme édition, nous avons cette fois été invités à admirer les bureaux somptueux de Mozilla boulevard Montmartre. Voir la photo prise par Yoann :

DĂ©monstration par Paul
Mutterware

Encore une fois, ce MutterWare Ă©tait un bon mĂ©lange entre utilisateurs (trĂšs) expĂ©rimentĂ©s, et non-utilisateurs de Mutt curieux de voir comment fonctionne le machin et prĂȘts Ă  ouvrir leur terminal pour commencer Ă  configurer la bĂȘte !

Quelques informations ont été ajoutées au wiki de la FSFE : https://wiki.fsfe.org/groups/Paris/Mutterware.

Pour ma part, j’insisterai sur cette trĂšs bonne page qui permet de dĂ©marrer sur Mutt. C’est en anglais mais c’est bien Ă©crit. Cette page a cependant deux dĂ©fauts Ă  mon avis : elle se concentre sur l’usage Ă  partir d’un serveur mail chez Google (or Gmail a des tas de particularitĂ©s pas trĂšs orthodoxes) et elle se limite Ă  un seul compte. Or je ne sais pas pour vous mais moi, j’ai deux comptes : l’un est plus, « personnel ».

Enfin, la cerise sur le gĂąteau, c’est Emmanuel qui l’a apportĂ©e en me montrant l’outil t-prot, qui permet de nous dĂ©barrasser de toutes ces petites choses qui peuvent ĂȘtre dĂ©sagrĂ©ables dans le mail : les gens qui font des citations trop longues, les gens qui font du top-posting ou encore les gens ont des signatures de 3 kilomĂštres. T-prot a aussi des fonctions particuliĂšres pour Mutt, comme par exemple l’argument --pgp-move qui dĂ©place les informations relatives aux signatures openPGP d’un email vers le bas, et non vers le haut comme c’est le cas par dĂ©faut, ce qui permet d’avoir accĂšs plus directement au contenu du mail, sans avoir Ă  scroller ! Plus d’infos sur la config T-prote d’Emmanuel sur le wiki.

Du coup, j’ai touchĂ© pas mal Ă  ma config (dispo sur https://github.com/hugoroy/.mutt). Tout est dĂ©sormais plus sobre depuis que j’ai modifiĂ© les barres de statuts, retirĂ© la barre d’aide, et remplacĂ© quelques codes couleurs. Lire ses mails sur Mutt est encore plus plaisant qu’avant â˜ș

À bientĂŽt pour la 3e Ă©dition ! N’hĂ©sitez pas Ă  vous inscrire sur la liste fsfe Paris https://lists.fsfe.org/mailman/listinfo/paris ou Ă  nous rejoindre sur irc #fellows-paris.

Une discussion intéressante a été lancée sur seenthis. Elle est difficile à résumer rapidement, mais voici le problÚme :

Que faire lorsqu’un utilisateur dĂ©sire supprimer un message qu’il a posté ?

Ce problÚme se pose pour toute sorte de communication, et la réponse appropriée à apporter varie probablement selon le type de message posté et le genre de media utilisé.

Il se pose parfois sous d’autres formes :

  • faut-il instaurer un droit Ă  l’oubli ?

  • la censure est-elle parfois lĂ©gitime ou autrement dit, dans quelle mesure admet-on qu’il y a abus de la libertĂ© d’expression ?

  • Ă  partir du moment oĂč une information est publique, est-il normal de pouvoir la rĂ©utiliser Ă  toutes les sauces ?

    Il n’y a probablement pas de rĂ©ponse simple, tout n’est pas complĂštement blanc ou noir, par exemple un projet comme http://useraddress.net/ me semble assez diffĂ©rent d’un truc aussi immonde que 123people.

Bref, tout ça pour dire que nous sommes lĂ  face Ă  un problĂšme Ă©pineux et qu’il n’y a certainement pas de rĂ©ponse toute-faite. Je voudrais en revanche explorer quelques enjeux soulevĂ©s par la discussion.

Imaginons une discussion passionnĂ©e avec des gens trĂšs opiniĂątres, appelons-les Alice et Bob pour faire original, sur un sujet trollesque. Celle-ci a lieu sur une liste de diffusion par email, semi-publique, c’est-Ă -dire que les archives sont disponibles pour les membres de la liste uniquement, mais chacun peut rejoindre la liste librement et obtenir l’accĂšs Ă  l’intĂ©gralitĂ© des archives.

De toute évidence, la façon dont la liste de diffusion est configurée par défaut est déjà en-soi trÚs déterminant. Par exemple, si la participation a la liste est soumise à des rÚgles spéciales, il faudrait probablement que les choix techniques soit en adéquation avec ces rÚgles. (Par exemple, les discussions juridiques hébergées par la FSFE sont soumises à la rÚgle de Chatham House, il aurait été idiot de confier les archives à Mailman).

Faisons un bond en avant de 10 ans. Alice regrette profondĂ©ment d’avoir tenu de tels propos Ă  l’époque, ceux-ci lui causent un tort particulier. Non seulement Alice a changĂ© d’avis (on a bien le droit aprĂšs tout !) mais en plus le fait que cette discussion ait Ă©tĂ© rendue publique par Charlie, administrateur de la liste ayant changĂ© les rĂšgles d’accĂšs aux archives, fait que le nom d’Alice remonte systĂ©matiquement en Ă©tant associĂ© aux recherches sur Google concernant ce sujet.

De son cĂŽtĂ©, Bob n’a pas changĂ© d’avis et il reste toujours trĂšs content de ses arguments, d’autant plus qu’ils se sont avĂ©rĂ©s assez efficaces pour persuader : beaucoup de gens qui relisent la discussion a posteriori sont convaincus qu’il a raison.

On voit bien dans ce cas que, du point de vue d’Alice, un droit Ă  l’oubli serait bĂ©nĂ©fique. Il est assez injuste de la tenir responsable de propos tenus il y a dix ans, non seulement elle a droit de changer d’avis, mais en plus Alice a Ă©changĂ© ces propos sur une liste semi-publique Ă  l’époque.

Du point de vue de Charlie, la dĂ©cision de rendre les archives publiques a Ă©tĂ© motivĂ©e par de multiples facteurs, d’autant plus que la liste de diffusion en question a Ă©voluĂ© et est devenue tellement plus grande qu’en restreindre l’accĂšs n’avait plus beaucoup de sens. Reste que sa dĂ©cision, dans le cas exceptionnel d’Alice cause un tort Ă  celle-ci.

On pourrait mettre Alice et Charlie d’accord probablement en supprimant les propos d’Alice.

Mais voilĂ  qui ne plairait pas beaucoup Ă  Bob, puisque sans les messages d’Alice, les propos qu’il a tenus perdraient beaucoup de leur sens. On peut ajouter que les perdants dans cette histoire sont aussi tous les futurs lecteurs potentiels qui pourraient trouver un intĂ©rĂȘt quelconque (curiositĂ©, recherche historique, sociologique, politique, que sais-je
).

J’espĂšre qu’à partir de ce moment, il est clair qu’il n’y a pas de solution forcĂ©ment plus juste que les autres. En tout cas, j’aimerais maintenant aborder un argument qu’on retrouve dans ces discussions, et qui, Ă  mon point de vue, est plutĂŽt mauvais.


Beaucoup d’utilisateurs prennent la position d’Alice et rĂ©clament en quelque sorte un droit sur les propos tenus. De quelle sorte de droit il s’agit en rĂ©alitĂ©, il est difficile de le cerner.

Ces arguments se retrouvent notamment dans la discussion sur seenthis : ces propos appartiendraient Ă  l’auteur, et par consĂ©quent celui-ci aurait une sorte de droit de les voir supprimĂ©s rĂ©ellement.

Malheureusement, cette position ne permet de rĂ©pondre Ă  aucun des problĂšmes d’ordre plus collectif et en plus, cette position ne rĂ©sout pas vraiment la situation individuelle d’Alice :

  • si on prend le problĂšme d’un point de vue plus collectif qu’individuel, on voit bien que cet argument ne tient pas. En effet, admettons que les propos d’Alice lui « appartiennent », alors dans ce cas, les propos tenus par Bob lui appartiendraient Ă©galement. Or dans la discussion, typiquement, les propos tenus par l’un et par l’autre sont indissociables.

    Quant au contexte plus large, il est important pour le public. On voit bien que donner un pouvoir arbitraire Ă  Alice de retirer ses propos aurait pour consĂ©quence de retirer Ă  Bob le sens de ses propos. Sauf Ă  dĂ©montrer un besoin impĂ©rieux de faire primer le prĂ©judice d’Alice sur celui de Bob et sur celui du public en gĂ©nĂ©ral, cette position n’est pas satisfaisante.

    En vĂ©ritĂ©, Alice n’a pas de droit de propriĂ©tĂ© sur ses propos, mais elle a la libertĂ© de s’exprimer au mĂȘme titre que Bob. La libertĂ© de chacun consiste dans ce qui ne nuit pas Ă  autrui. On voit donc qu’accorder un pouvoir arbitraire de suppression de ses propos Ă  Alice revient Ă  lui accorder une prĂ©rogative injuste pour Bob, un vĂ©ritable pouvoir de censure.

  • d’autre part cette solution ne rĂ©sout pas rĂ©ellement le problĂšme puisque s’il y a un intĂ©rĂȘt quelconque dans les propos en cause, alors il est probable que de vouloir les retirer aura davantage pour consĂ©quence de dĂ©clencher mĂ©contentements et effet Streisand, que l’inverse.

  • Enfin cette solution nĂ©cessite le concours de Charlie qui administre la liste, et en tant que tel reste maĂźtre des lieux. Mais en plus selon l’architecture technique choisie la solution peut s’avĂ©rer assez inutile (par exemple si la liste est archivĂ©e par un tiers, ou si l’archivage a Ă©tĂ© distribué : dans notre exemple, chaque participant Ă  la liste de diffusion en a une copie dans sa boĂźte email et pourra probablement la re-publier ailleurs).


On voit bien qu’accorder une sorte de droit arbitraire Ă  chaque utilisateur de pouvoir faire dĂ©truire ses propos enregistrĂ©s et publiĂ©s par un moyen qu’il ne contrĂŽle pas totalement n’apparaĂźt pas comme la solution idĂ©ale. C’est pourtant plus ou moins la solution mise en place sur Twitter par exemple. Je peux revenir dans le temps et supprimer n’importe quel tweet, avec toutes les consĂ©quences que cela peut avoir sur les personnes qui auraient ensuite rĂ©pondu. On voit d’ailleurs que les problĂšmes soulevĂ©s plus haut se prĂ©sentent.

Si quelqu’un tente de supprimer une Ă©norme connerie raciste qu’il vient d’écrire, il est probable que certains auront pris des screenshots au cas oĂč.

D’autre part, mĂȘme si on supprime, Twitter ne va pas rĂ©ellement supprimer le tweet (de mĂȘme que Facebook, YouTube et d’innombrables autres services, c’est souvent marquĂ© noir sur blanc dans leurs CGU que ce qui est « supprimé » n’est en rĂ©alitĂ© pas vraiment supprimé )

Enfin, selon les paramÚtres de chaque utilisateur sur Twitter, il est possible que Twitter ait envoyé par email une copie du tweet lorsque celui-ci était partagé, il sera impossible de supprimer cela.


On peut se dire Ă  ce stade que sur Twitter ce n’est pas bien grave aprĂšs tout puisqu’un seul tweet en lui-mĂȘme n’étant que 140 caractĂšres, il n’y a pas Ă©normĂ©ment de perte.

Évidemment, sur un service plus complet comme seenthis, ça pose un problùme.


Alors que faire ?

Moi ce qui m’embĂȘte, c’est qu’il est devenu trĂšs trĂšs facile de publier et de communiquer grĂące au Web. Et donc la libertĂ© d’expression prend une toute autre dimension. Disons que si je publie un truc par an, je prendrais probablement beaucoup de temps de rĂ©flexion pour peaufiner ce que je publie, peser le pour et le contre, etc. Dans cette optique, lorsque je fais usage de ma libertĂ© d’expression, il est normal que j’assume le propos que j’ai publiĂ© Ă  un moment donnĂ©. Mais dans l’optique oĂč on publie beaucoup et tous les jours, il me semble normal d’envisager qu’il n’est pas trĂšs juste d’imposer une telle responsabilitĂ©. AprĂšs tout, on a non seulement le droit de changer d’avis, mais on a aussi un peu le droit de dire des bĂȘtises de temps en temps sans qu’on n’en tienne forcĂ©ment rigueur.

Bref, il peut ĂȘtre tout Ă  fait lĂ©gitime qu’on dĂ©cide de faire quelque chose pour la pauvre Alice, qui n’a pas vraiment envie d’assumer des propos qui ont pris une toute autre mesure qu’elle. D’ailleurs, le fait que ce soit Alice qui les ait publiĂ©s n’est pas forcĂ©ment important en soi ! C’est donc que dĂ©cider de ne pas supprimer les propos en cause, lui cause un tort qui n’est nullement nĂ©cessaire. (Si le fait que ce soit Alice qui ait tenus de tels propos est si important, par exemple si Alice est une personnalitĂ© publique importante sur le sujet, elle aurait dĂ» mieux savoir et donc, Ă  elle d’assumer
 mais ce n’est pas le cas typique.)

C’est pourquoi je trouve qu’on peut envisager d’autres solutions, Ă  mettre en place techniquement, et qui permettraient de mettre Ă  peu prĂšs tout le monde d’accord dans la majoritĂ© des cas.

Puisque le tort causĂ© Ă  Alice rĂ©side davantage dans l’association qu’on fait du propos Ă  sa personne, il suffit de couper ce lien entre le propos, et elle-mĂȘme. Par exemple, si Alice avait publiĂ© cela il y a dix ans sous un pseudonyme qu’elle n’utiliserait plus, alors le problĂšme ne se poserait mĂȘme pas. Dans cette hypothĂšse, il semble tout Ă  fait opportun d’opĂ©rer une anonymisation des propos en question. De cette maniĂšre, ils ne sont plus associĂ©s Ă  Alice, d’autre part les propos de Bob ne perdent pas leur sens, et enfin il reste assez de matiĂšre pour que tout le monde soit content et puisse exploiter tout ce que le contenu a d’intĂ©ressant Ă  offrir.

On peut aussi imaginer de faire une sorte de relĂ©gation des propos si cela s’avĂšre justifiĂ©. Par exemple, on pourrait appliquer une sorte de « tag » indiquant que le message n’est plus approuvĂ© par son auteur, on pourrait entre autres dĂ©cider d’exclure le message des moteurs de recherche publics. Pour certains, cette solution est problĂ©matique car elle « tromperait » Alice. Si Alice croit qu’elle « supprime » son message, il faut qu’elle ait l’impression que ce soit fait, sinon Charlie a peur de perdre la confiance de ses utilisateurs.

Mais c’est un faux problĂšme. D’une part, il suffirait de mieux prĂ©senter la fonctionnalitĂ© pour Ă©viter tout malentendu et expliquer Ă  Alice que, son propos a Ă©tĂ© publiĂ© et qu’il ne peut donc pas ĂȘtre supprimĂ© sinon ce serait de la censure arbitraire, de cette maniĂšre celle-ci n’aurait pas l’impression d’ĂȘtre trompĂ©e si le message n’a pas Ă©tĂ© supprimé ; d’autre part, en rĂ©alitĂ© beaucoup de services ne suppriment pas rĂ©ellement les messages (ou en tout cas ils ne peuvent pas les supprimer partout), donc c’est un argument un peu fallacieux.


La solution que je propose est Ă  mon avis la meilleure car elle concilie le mieux la libertĂ© de chacun et les intĂ©rĂȘts de tous. Mais elle nĂ©cessite de bien avoir deux choses Ă  l’esprit :

  • il n’existe pas pour un auteur de droit absolu de faire supprimer des propos tenus publiquement:

    • non seulement ce droit serait injuste pour d’autres

    • mais en plus l’argument n’est pas logique car si on admet un tel droit, alors il faut l’admettre Ă  chacun ; or comme les messages publiĂ©s sont gĂ©nĂ©ralement publiĂ©s dans un contexte construit Ă  plusieurs, il faut admettre qu’en dĂ©finitive le message appartient un peu Ă  plusieurs.

  • et que mĂȘme si on veut admettre qu’il existe un tel droit, il y a de toute façon le choc de la rĂ©alité : Ă  partir du moment oĂč on a publiĂ© quelque chose, d’autant plus si on l’a publiĂ© par des moyens que l’on ne contrĂŽle pas rĂ©ellement (en passant par un service hĂ©bergĂ© par un tiers par exemple), alors on perd nĂ©cessairement la totale maĂźtrise de son propos. Inutile de vouloir Ă  tout prix censurer.

Finalement pour le moment, le problĂšme se rĂ©sout de lui-mĂȘme par les usages. C’est-Ă -dire que si Alice fait supprimer quelque chose, mĂȘme si cela cause un tort Ă  Bob, il est possible que cela soit minime et que donc, il ne rĂ©agisse pas (mais le problĂšme est que cela ne prend pas en compte les intĂ©rĂȘts de tous, peut ĂȘtre que moi, ça m’intĂ©ressait de comprendre ce qu’a dit Alice qui a fait rĂ©agir Bob ainsi). Dans l’hypothĂšse oĂč Alice tente de supprimer quelque chose alors que cela a Ă©normĂ©ment d’impact, il est probable que les utilisateurs aient pris des screenshots, ou que des archives effectuĂ©es ailleurs resurgissent.