Il est juste que ce qui est juste soit suivi…

Il est juste que ce qui est juste soit suivi ; il est nĂ©cessaire que ce qui est fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des mĂ©chants ; la force sans la justice est accusĂ©e. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force et pour cela faire en sorte que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette Ă  dispute, la force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force Ă  la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle Ă©tait injuste, et a dit que c’Ă©tait elle qui Ă©tait juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fĂ»t fort, on a fait que ce qui est fort fĂ»t juste…

Ne pouvant faire qu’il soit forcĂ© d’obĂ©ir Ă  la justice, on a fait qu’il soit juste d’obĂ©ir Ă  la force. Ne pouvant fortifier la justice, on a justifiĂ© la force, afin que le juste et le fort fussent ensemble, et que la paix fĂ»t, qui est le souverain bien.

Pascal, Pensées (à vérifier)